Production
GMI Rotosolution

Article extrait du site L'Usine Nouvelle - rubrique Plasturgie // Entretien avec Thomas Oury, directeur EMEA de DuPont Performance Polymers

L’Usine Nouvelle - Vous êtes à la tête de DuPont Performance Polymers EMEA depuis janvier 2015. comment se porte le marché des matières plastiques techniques ?

Thomas Oury – Avec une croissance deux à trois fois supérieure à la celle du PIB européen, le marché des polymères techniques n’a jamais été aussi dynamique. De nombreux secteurs s’y intéressent. Dans l’automobile, où l’on remplace de plus en plus le métal par des composites et le caoutchouc par des élastomères thermoplastiques. Dans l’électricité et l’électronique, où les fabricants veulent des plastiques sans halogène ou aux propriétés ignifuges. Dans l’industrie agroalimentaire, également, où il faut répondre à des exigences plus strictes pour éliminer progressivement toutes les substances indésirables. Sans compter tous les secteurs dans lesquels apparaissent des réglementations environnementales faisant la chasse aux plastiques dits “de commodités”. Aujourd’hui, toutes nos gammes de produits disposent de versions spéciales pour ces marchés réglementés.

Quelles conséquences sur votre organisation ?
Nous avons lancé de grandes vagues d’investissement. En capacité de production, d’abord, avec notamment l’extension de notre usine de Zytel, un nylon résistant aux hautes températures. Nous investissons également en recherche et en support technique, car une des particularités de ce marché est que le développement des polymères techniques se fait impérativement en collaboration avec le client. Mais surtout, pour que les industriels aient confiance dans les matériaux de substitution, il nous a fallu faire ce que nous appelons de l’ingénierie prédictive, à savoir simuler la performance de la future pièce en polymère avant qu’elle ne soit fabriquée. Cette activité est pilotée depuis notre siège de Genève. Nous y réalisons des simulations de procédés et de produits finis et du prototypage rapide, entre autres.


Et demain ? Quel avenir pour ces matériaux issus du pétrole ?
DuPont s’est réorganisé ces dernières années autour de trois piliers d’activité : l’agriculture et la nutrition, les biotechnologies et les matériaux avancés. De fait, nous travaillons à la fois sur les polymères techniques et sur les matériaux bio-sourcés qui seront amenés un jour à les remplacer, et nous maîtrisons toute la chaîne. Nous avons d’ailleurs lancé récemment la construction aux Etats-Unisde la plus grosse usine au monde de fabrication d’éthanol sur base cellulosique. Car nous estimons que, si les sucres seront le pétrole de demain, il ne faut pas que les débouchés industriels deviennent des concurrents de la filière de consommation.

Propos recueillis par Frédéric Parisot

Source : http://www.usinenouvelle.com/article/le-marche-des-polymeres-techniques-n-a-jamais-ete-aussi-dynamique-selon-thomas-oury-directeur-emea-de-dupont-performance-polymers.N346018
Date : 24 août 2015
Auteur : Frédéric Parisot


 

Mentions légales RecrutementRéalisation Amenothès Conception