Production
GMI Rotosolution
 

C’est à l’occasion du Grand rendez-vous Emploi Formation, organisé le 28 avril dernier par la Fédération de la plasturgie et des composites, que Florence Poivey, présidente de l’organisme professionnel a remis à Clotilde Valter, secrétaire d’Etat chargée de la Formation professionnelle et de l’apprentissage, le livre Blanc de l’initiative "la Fabrique à Talents". Ce processus, engagé par la fédération il y a maintenant deux ans, a pour objectif de mieux appréhender les transformations industrielles de la profession, de définir les nouvelles compétences requises et les moyens d’adapter la formation. Le Livre Blanc synthétise le fruit des réflexions des différents groupes de travail engagés de cette démarche, avec pour horizon, des résultats concrets dès 2030. "Lors de nos premières réunions, en 2014, nous avons identifié qu’une stratégie de formation efficace correspond à un cycle d’environ quinze ans", nous confiait en 2013 Florence Bonnet-Touré, déléguée générale adjointe de la fédération, "Cinq ans pour construire le contenu des formations, cinq ans pour former les jeunes et cinq ans pour leur insertion dans l’entreprise."

Un enjeu majeur. Pour Florence Poivey, la question de la formation se situe au centre du renouveau industriel : "La formation est au coeur de la compétitivité", a-t-elle déclaré lors du rendez-vous Emploi Formation. "Entreprises et éducation se rencontrent pour faire bouger les lignes, c’est une volonté très forte de faire évoluer la profession." En recevant le livre Blanc de la Fabrique à Talents, Clotilde Valter a salué le travail effectué par la filière plasturgie et pour sa démarché proactive. Elle a par ailleurs mis l’accent sur l’importance de l’alternance et des nouvelles technologies dans l’enseignement. Enfin, la secrétaire d’Etat a rappelé que le décloisonnement, tant à l’international qu’au sein même des disciplines, constitue un enjeu majeur pour apporter des compétences nouvelles à la filière.

Source : http://plastiques-caoutchoucs.com/Formation-la-Federation-de-la.html
Date : 12 mai 2016
Auteur : Alexandre Couto

Simplifier l’accès à l’innovation pour les PME du secteur, c’est l’objectif du Centre technique industriel de la plasturgie et des composites, dont la création sera rendue officielle cette semaine. Voici deux ans que la profession milite pour cette création. Même si la filière dispose déjà de plusieurs centres techniques, ceux-ci peinent à rayonner au-delà des régions où ils sont implantés. « 90 % des entreprises de la profession n’accèdent pas aux compétences existantes », s’inquiétait en 2013, Jean Martin, délégué général de la Fédération de la plasturgie et des composites. Pour y remédier, le CTI regroupera des centres existants comme le Pôle européen de plasturgie (Pep), l’Institut supérieur de plasturgie d’Alençon (ISPA), le Pôle de plasturgie de l’Est (PPE) et surtout bénéficiera des ressources d’une taxe affectée qui a été décidée dans la loi de finances 2016. Le CTI constituera une porte d’entrée unique pour les industriels français, qui pourront soumettre leurs problématiques produits, procédés ou matériaux. 

 

Source : http://www.usinenouvelle.com/article/la-plasturgie-obtient-son-centre-technique.N364448

Date : 26 novembre 2015

Auteur : Frédéric Parisot

 


 

Le moment était bien choisi. C’est à l’occasion du premier salon mondial dédié aux composites, le JEC World qui s’est tenu du 8 au 10 mars à Paris Nord Villepinte, que l’IPC (Innovation Plasturgie Composite), nouveau centre technique d’innovation destiné aux industriels de la plasturgie et des composites a annoncé son rapprochement avec le CEMCAT, Centre d’études sur les matériaux composites avancés pour les transports, basé à Laval. Le rapprochement sera finalisé en 2017. Orienté vers le développement de procédés pour faciliter la transformation des composites, notamment en effectuant des recherche sur les matériaux à matrice thermoplastique, le CEMCAT a pour objectif d’accompagner les entreprises des secteurs de l’automobile, ferroviaire, aéronautique et de la construction nautique dans leur travaux de recherche et développement. Pour le centre technique IPC, conçu sur la base du PEP-Compositec situé à Bellignat dans l’Ain, ce rapprochement permet de renforcer ses compétences dans le domaine des composites. Pour la filière plasturgie, il s’agit d’un signal fort, qui a le mérite d’estomper un peu plus la frontière entre la transformation des plastiques et celle des composites. Selon Paul Valette, Président d’IPC, "il s’agit d’une première étape qui amorce notre démarche de partenariats pour développer les synergies" entre les deux secteurs. IPC, créée au début de l’année, ambitionne d’être le principal vecteur d’innovation de la filière à l’échelle nationale. Le centre est accessible à tous les industriels du secteur.
 
Source : http://plastiques-caoutchoucs.com/Le-centre-technique-de-la,3023.html
Date : 11 mars 2016
Auteur : Alexandre Couto

" Le volume de plastique recyclé a nettement progressé en 2014 (+10% par rapport à 2013), selon les chiffres présentés le 15 septembre par la Fédération des entreprises du recyclage (FEDEREC). Le secteur dédié au plastique a enregistré un bénéfice de 249 millions d’euros, soit également une progression de 10%. En 2014, les entreprises françaises du recyclage ont généré 9,03 milliards d’euros de chiffre d’affaires et emploie 26 468 salariés répartis sur 2.515 établissements et 1.300 entreprises.

Par ailleurs, la présentation des chiffres 2014 a été l’occasion pour Federec de fixer un objectif de valorisation de 70% des déchets issus des BTP d’ici 2020, alors qu’entre 40 et 45% le sont actuellement.

Au total, sur les 250 millions de tonnes de déchets produit par le secteur du bâtiment en 2014, seuls 39 millions de tonnes sont recyclées. « Il existe actuellement peu d’entreprises spécialistes des déchets de chantiers, qui présentent la particularité d’être un mélange hétérogène de matériaux qu’il faut trier », explique la FEDEREC dans son dossier de presse. Erwann Le Meur, responsable de la branche BTP au sein de la Fédération estime qu’il faut, pour atteindre les 70% de déchets recyclés, « créer une centaine d’installations de tri mécanisés. » Il assure également que « les grands groupes de BTP sont de plus en plus sensibles et entraîneront le secteur derrière eux. » Le chiffre d’affaires estimé pour le recyclage BTP est de 1,12 milliard d’euros. "

Source : http://plastiques-caoutchoucs.com/BTP-vers-un-taux-de-recyclage-de.html
Auteur : Romain Lambic
Date : 18 septembre 2015 

A noter que le Groupe Maillard Industrie s'est doté depuis plusieurs années d'un broyeur dédié aux produits rotomoulés issu de notre atelier de rotomoulage. Les produits arrivés en fin de vie sont donc traités en interne grâce au broyeur. La matière générée par cet outil est ensuite directement expédiée chez les fournisseurs de matière première afin de la réintégrer dans le processus de production.
Pour plus d'information, retrouvez l'article dédié au recyclage en cliquant ici.


 

Mentions légales RecrutementRéalisation Amenothès Conception